Jaguar F-Type : animal automobile

21 mars 2015

Articles automobiles

Jaguar
Album : Jaguar

16 images
Voir l'album

 

La E-Type était (et est toujours) un modèle d’élégance dans le monde automobile, la F-Type se révèle être un modèle de bestialité.
Il y a une quinzaine d’années, Jaguar était une marque anglaise bourgeoise, avec une image un peu vieillotte et des berlines classiques avec un design baroque qui plaisait de moins en moins aux gens. Puis est apparue la Jaguar XK en 2006, qui est dans la lignée des coupés haut de gamme que Jaguar a fait dans les années 80 et 90, modèle qui a eu pour but de redonner une image dynamique et moderne de la marque (modèle qui a cessé d’être produit en 2014 qui était concurrent entre autres du Mercedes SL). Jaguar, propriété de Ford depuis les années 90, n’a pas pu se développer réellement depuis presque 20 ans.
 

Il aura fallu le rachat en 2008 de Jaguar par Tata (constructeur indien) pour que Jaguar commence à retrouver un élan de nouveauté, notamment au niveau stylistique. Et la rupture a commencé la même année du rachat : en 2008, sort la XF : ligne étirée, calandre imposante, feux et phares effilés. A l’intérieur, ce modèle laisse place à l’aluminium et ne laisse plus beaucoup de place aux fameux placages en bois. Toutes ces caractéristiques tendent à donner une image sportive pour cibler une clientèle plus jeune et dynamique. Et la tendance a même continué sur le modèle emblématique de Jaguar : la XJ, la grande berline tricorps au design quasi inchangé depuis les années 70 a aussi dû  se plier à cette nouvelle tendance en 2010.

Et enfin, est appars la C-X16 Concept en 2011 au Salon de Francfort. Et là je me suis dit ‘elle est tellement belle qu’elle ne restera qu’au stade de concept !’. Heureusement, il m’arrive d’avoir tort. Ce concept-car est sorti en production presque tel quel (comme ce qui fut le cas avec le Peugeot RCZ par exemple). Enfin presque, puisque Jaguar a d’abord décidé de sortir sa nouvelle F-Type en version cabriolet, puis le coupé un an plus tard. A sa sortie, ce fut pour moi la plus belle voiture de la production automobile .. jusqu’à ce que la nouvelle Aston Martin Vanquish soit présentée. Mais c’est une voiture qui a une expression folle : rien n’est à jeter dans cette voiture ! L’avant suggère la puissance, avec ses ouïes latérales et sa calandre, le capot nervuré laisse suggérer une motorisation généreuse, et les phares sont soulignés d’un très élégant bandeau lumineux à LED qui dégage une expression très animale. Dans la continuité, on trouve un profil très élégant et équilibré, pour enfin tomber sur des épaules, ou ses hanches, comme vous voudrez. La ceinture de caisse est réhaussée juste derrière les portières et donne ainsi place à cette sublime rupture. En la voyant, je ne peux m’empêcher de faire la comparaison plastique avec les hanches d’un félin, prêt à bondir sur sa proie. Pour finir, l’arrière est la partie qui reprend le plus les gènes de son illustre aînée E-Type et remplace subtilement les lignes rondes de cette dernières par de nouvelles plus agressives (les feux sont particulièrement inspirés).

En plus de l’indéniable réussite de ce top modèle sur roues, Jaguar a eu l’excellente idée de ne pas laisser tomber l’âme de la voiture, à savoir son moteur. Ou plutôt ses moteurs. La F-Type a droit a deux V6 3,0L de 340 ou 380 chevaux, et un gros V8 5.0L développant 495 chevaux pour le cabriolet et même 550 chevaux pour le coupé. Autant le V6 s’autorise de jolies et bruyantes intonations de voitures des sixties, autant la version V8 est tout droit sorti de l’enfer. Jamais je n’ai entendu un bruit qui fracassait le silence avec autant de violence, c’est brutal, c’est animal. C’est jouissif en fait, tout simplement.

On pourrait lui reprocher un poids franchement élevé  malgré un châssis en aluminium (1.600 kg minium sur la balance) qui la rend moins efficace par rapport à ses concurrentes. On pourrait aussi être déçu de découvrir un intérieur moins exclusif et élégant que l’extérieur, mais pour être déjà monté dedans, franchement, on s’en fout ! La beauté pardonne les défauts, et dans le cas de la F-Type, elle est toute pardonnée.

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Purdysmith57 |
Essais Autos |
Renault 5 turbo, Cévennes, ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un Amour de 4L
| Buspassion
| Coderoute